06 45 25 98 47

Ressources

guide du marketing durable

Marketing Durable / RSE

Les 4 priorités du capitalisme bienveillant

Votre entreprise pratique-t-elle le capitalisme bienveillant ? Ces quatre priorités clés devraient être présentes dans toute entreprise bienveillante.

Qu’est-ce que le capitalisme bienveillant ?

À quoi ressemblerait le monde si tout ce qui existe sur la planète contribuait à un avenir durable et expansif pour tous ?

Pour véritablement changer le monde, il faut qu’un autre type de conversation ait lieu au niveau mondial sur ce que les entreprises peuvent réellement être.

Et si les entreprises du monde entier commençaient à fonctionner différemment et considéraient le capitalisme comme une source de création de changement et de contribution pour tous, plutôt que comme une source permettant de se remplir les poches ou de s’enrichir au détriment des autres et de la planète ?

Le vrai capitalisme est très innovant et très créatif ; c’est ce que vous faites pour créer de l’argent et une possibilité différente sur terre. La bienveillance consiste à choisir de faire preuve de bonté, de faire le moins de mal possible.

Devenir un capitaliste bienveillant signifie que vous êtes prêt à envisager les affaires et tout ce qui s’y rapporte d’un point de vue différent, afin de créer quelque chose de plus grand que ce qui existe actuellement, de créer davantage de possibilités pour que nous puissions avoir une sorte d’avenir durable.

Qu’est-ce que la durabilité et l’avenir durable ?

De nombreuses personnes pensent que la durabilité consiste à pouvoir produire indéfiniment plus de la même chose ou à réparer les dommages. Mais qu’est-ce que nous devrions vraiment regarder lorsque nous parlons de créer un avenir durable ?

Un avenir véritablement durable est un avenir où le monde continue de croître et de s’étendre bien au-delà de ce qu’il est actuellement.

Il ne s’agit pas de prendre, d’utiliser ou d’user la terre. Il s’agit de ce que nous faisons pour ouvrir la porte à un niveau de possibilité dans le monde qui permet à la terre de se générer et de se créer elle-même et qui nous permet de bénéficier de ce qui se crée et se génère.

Pour ce faire, nous devons être conscients de ce que nos choix vont créer. Par exemple, en Amérique du Sud, les forêts tropicales ont été brûlées pour planter des cultures destinées à nourrir les vaches et à vendre la viande à des entreprises comme McDonald’s. Ce n’est pas durable. Rien de tout cela n’est durable, parce qu’il n’y a pas de structure sous-jacente pour soutenir ce type de plantation, qui s’épuise au bout de cinq ans. Après cela, la terre est détruite et il n’y a plus de profit commercial non plus.

Si vous étiez prêt à prendre conscience que les choix que vous faites en affaires tuent vos ressources et votre profit au-delà du court terme, feriez-vous un choix différent ?

Si vous êtes prêt à voir ce qui ne fonctionne pas, et si vous êtes prêt à fonctionner à partir de la question  » qu’est-ce qui est possible d’autre que je n’ai jamais envisagé ? « , vous commencerez à inviter la prise de conscience d’un plus grand nombre de possibilités et de choix que vous ne connaissiez pas.

Tout le monde peut devenir un capitaliste bienveillant

Que vous soyez un concierge, une mère au foyer, un enseignant, un entrepreneur ou un écolier, tout le monde sait quelque chose qui contribue à l’expansion du monde, et tout le monde a la capacité d’être un catalyseur du changement. Que voyez-vous que les autres ne voient pas ? Et que savez-vous qui peut contribuer aux possibilités de la planète ?

Exploiter les 4 priorités du capitalisme bienveillant pour faire évoluer son modèle économique

Le monde des affaires est aujourd’hui à un tournant. Les économies sont entrées dans une nouvelle ère. Nous vivons à une époque de changements accélérés dans le paysage mondial. Pour prospérer et se développer dans les décennies à venir, les dirigeants doivent penser différemment la façon dont ils gèrent leur entreprise. Pourtant, la plupart des dirigeants et des gestionnaires font tout ce qu’ils peuvent pour maintenir en place leurs modèles d’affaires conventionnels usés par le temps. Cependant, si les dirigeants choisissent d’aligner la maxime du capitalisme sur celle d’un avenir durable pour les personnes et la planète, il existe encore d’abondantes possibilités et des revenus à actualiser – des revenus réalisés de manière à générer un avenir durable plutôt que d’endommager la planète et de mettre en danger notre avenir. C’est le capitalisme bienveillant.

À l’heure actuelle, trop d’entreprises ont tendance à s’enrichir au détriment de la majorité. Ce n’est pas tant l’enrichissement de quelques-uns qui pose problème, mais plutôt le fait de s’enrichir « aux dépens du plus grand nombre ».

Les dirigeants d’entreprise conventionnels ne se préoccupent généralement pas des implications sociales ou environnementales du fonctionnement des entreprises. La norme est que les affaires soient menées dans le but de maximiser les profits pour les actionnaires et les propriétaires. Cela n’est même pas remis en question : c’est décrété dans les écoles de commerce et un décret dans de nombreuses organisations, notamment les sociétés cotées en bourse.

Lorsque les dirigeants d’entreprise ne se concentrent que sur le court terme, sur ce qu’ils peuvent créer pour eux-mêmes plutôt que sur une réalité durable pour le monde, ils se privent d’un avenir durable. Le profit, le capitalisme, la réalité durable et l’avenir durable ne s’excluent pas mutuellement.

Les entreprises doivent mesurer leur succès non seulement à l’aune de leurs performances financières, mais aussi en fonction de leur contribution à la société et au monde, ainsi que de leur impact sur l’environnement et sur la société dans laquelle elles opèrent. Le mouvement du capitalisme bienveillant est sous-tendu par quatre priorités clés.

Priorité 1 : Générer un avenir durable

Le processus de création de votre entreprise à partir d’une approche bienveillante commence par la conviction que votre succès est non seulement possible mais aussi inévitable. Si l’idée d’exploiter une entreprise qui croît, réalise des bénéfices et prospère financièrement tout en « ne causant aucun dommage » à la société et à la planète peut sembler impossible, sachez que ce n’est pas parce qu’une chose semble impossible qu’elle est illusoire ou erronée. Cela remet simplement en question votre conception de ce qui est possible.

Vous devez être prêt à remettre en question les modèles existants et à remettre en question les hypothèses communes qui sous-tendent les pratiques actuelles. Si vous restez captivé par le code du capitalisme conventionnel et l’attitude défensive qu’il encourage, l’idée d’adopter ce nouveau paradigme commercial vous semble impossible et non conventionnelle.

En réalité, de nombreuses organisations et de nombreux dirigeants d’entreprise sont encore des adeptes du paradigme du capitalisme conventionnel et souscrivent au dicton de Milton Friedman selon lequel la seule responsabilité sociale d’une entreprise respectueuse des lois est de maximiser les profits pour ses actionnaires. Ces dirigeants n’ont pas réalisé qu’une approche à court terme, axée uniquement sur le profit, a ses inconvénients, car la cupidité a tendance à entraîner une exposition excessive aux risques et ne permet pas de maximiser les résultats à long terme. Cette approche traditionnelle du capitalisme a accéléré la quantité et l’intensité des problèmes sociaux et environnementaux qui menacent la stabilité de la société.

Malheureusement, trop de chefs d’entreprise croient encore que la maximisation des profits pour les investisseurs est la seule justification acceptable des actions des entreprises. Lorsque vous vous laissez envahir par ces mythes et ces notions sur la manière dont les entreprises devraient fonctionner, vous ne pouvez pas donner le meilleur de vous-même dans les affaires et dans la vie en général. Lorsque vous êtes captivé par un modèle d’entreprise qui valorise le gain financier plus que toute autre chose, vos décisions seront souvent basées sur la réalisation d’un gain financier à court terme à presque n’importe quel prix, plutôt que sur la réalisation d’un avenir durable. De cet espace, vous produirez des conséquences néfastes involontaires
pour la société et la planète. Par durable, nous ne parlons pas seulement de « survivre », mais de la façon dont les entreprises et la société se développent et deviennent encore plus grandes.

Priorité 2 : ne pas faire de dégâts

La nature des pratiques commerciales fait également l’objet d’un examen minutieux. Le rôle du leadership dans les entreprises est de plus en plus mis en avant, avec des appels à une plus grande responsabilité en matière de gouvernance pour répondre à un large éventail de préoccupations des entreprises concernant la planète, l’environnement naturel, les droits des travailleurs, la protection des consommateurs, les droits de l’homme, etc. Il est rare qu’une semaine se passe sans que les médias rapportent qu’une entreprise s’est autodétruite, qu’elle a été appelée à rendre des comptes pour l’impact négatif qu’elle a sur l’environnement et sur la société dans laquelle elle opère, ainsi que pour
l’utilisation inappropriée présumée d’actifs et de ressources naturelles, ou critiquée publiquement en raison d’un manque apparent de leadership.

Cela signifie qu’une entreprise doit contribuer à rendre la planète meilleure qu’elle ne l’aurait été sans cette entreprise. Cela signifie que toute entreprise doit enrichir le monde par son existence et créer de la valeur pour toutes les parties prenantes ainsi que pour tous ceux qu’elle touche, tout en fournissant des résultats financiers supérieurs et une valeur économique à long terme.
résultats financiers et une valeur économique à long terme. En réalité, toute entreprise se porte mieux lorsqu’elle crée des synergies entre ses résultats et les priorités du capitalisme bienveillant.

Si vous continuez à considérer l’exigence de créer une planète durable comme un simple coût pour l’entreprise, quelque chose à traiter par le biais de la conformité réglementaire et de la gestion des risques, votre succès commercial est en danger. Ce point de vue, comme tout autre point de vue fixe basé sur des paradigmes commerciaux conventionnels, vous fermera l’accès à votre conscience et à vos possibilités de générer quelque chose de plus grand.

Priorité 3 : Maximiser les possibilités, pas seulement les revenus

Dans le monde d’aujourd’hui, les chefs d’entreprise ne peuvent se permettre d’ignorer leur devoir de maximiser les possibilités et d’optimiser la valeur de l’ensemble de notre système complexe et interdépendant, car les coûts et les dégradations garantis sont autrement beaucoup trop élevés. Il est vital de prendre des mesures pour modifier la voie actuelle, qui n’est pas viable.

Les entreprises doivent commencer à fonctionner à partir de la maximisation des possibilités et à partir de là où elles vont créer plus dans le monde pour tout le monde, et pas seulement pour elles, sinon les ressources seront épuisées de façon terminale. Savez-vous que les choix que vous faites peuvent avoir une influence directe sur la survie de grandes parties de la société, de l’environnement et du monde en général ? En fin de compte, nos décisions individuelles et collectives déterminent notre avenir et nous concernent tous.

Les chefs d’entreprise doivent choisir d’agir par responsabilité envers l’ensemble du système, en étant conscients de l’interconnexion de toutes les composantes de l’entreprise et en l’appréciant. C’est remarquablement différent de la façon dont beaucoup d’entreprises et de dirigeants ont fonctionné, qui consiste à agir en croyant que tout est séparé et que ce qu’ils choisissent de faire n’a pas d’impact sur l’ensemble – ou, si c’est le cas, que cela ne les concerne pas.

Pour prospérer de manière constante sur le long terme, il faut de la discipline et une stratégie consciente et bienveillante pour faire face aux nouvelles opportunités et aux adversités imprévues.

Si vous voulez formuler des stratégies qui maximisent les possibilités, vous devez d’abord être prêt à rompre avec vos propres pratiques conventionnelles et à découvrir d’autres façons de voir le monde. Vous devez choisir d’aller au-delà de l’objectif de la concurrence et saisir activement des possibilités nouvelles et différentes.

Comment ? En tirant le meilleur parti de votre conscience, en cessant de suivre les paradigmes du « business as usual », en renonçant audacieusement au statu quo, en n’adoptant pas les points de vue limités auxquels les autres adhèrent et en refusant que la bureaucratie étouffe votre conscience. Plus important encore, vous ne devez pas vous permettre de fonctionner dans les limites de cette réalité ou d’être lié par ce qui est.

Ainsi, si vous vous surprenez à vous concentrer uniquement sur l’avantage procuré par le profit à court terme, c’est l’indice que vous êtes peut-être en train de contracter votre zone de conscience. Vous y verrez rarement une possibilité différente de générer de nouveaux revenus ou un potentiel d’innovation.

Priorité 4 : l’autonomisation par un leadership bienveillant

Le devoir d’un leader bienveillant est de maximiser les possibilités et d’optimiser la valeur de l’ensemble de notre système complexe et interdépendant.

Les organisations qui maintiennent une stratégie et une approche du leadership fondées sur le paradigme du capitalisme conventionnel ne seront pas en mesure de prospérer dans l’environnement actuel. À mesure que les barrières commerciales entre les nations et les régions diminuent et que l’information devient instantanément et mondialement disponible, les dirigeants doivent constamment garder un œil sur la situation dans son ensemble. Mais comme le tableau d’ensemble ne cesse de changer, vous devez cultiver une capacité à être conscient des tendances futures et de la manière dont ces tendances peuvent affecter votre entreprise. Plutôt que de fermer les yeux sur les signes avant-coureurs et d’espérer que les choses ne changent pas trop, vous devez être prêt à rompre avec vos propres pratiques conventionnelles et à découvrir d’autres façons de voir le monde.

Une grande partie de ce qui se passe actuellement dans le monde des affaires est basée sur la probabilité de l’avenir, plutôt que sur la conscience de l’avenir et la volonté d’avoir conscience de la manière dont nos choix vont créer un avenir au lieu d’éviter le risque. Ce qui a été éliminé, c’est l’idée que nous pouvons créer un avenir durable. La conscience de l’avenir est la seule chose que la plupart des entreprises évitent.

Il est important de reconnaître que si tous les chefs d’entreprise choisissent de maximiser les possibilités aujourd’hui, le monde peut avoir un avenir qui a une réalité différente. En choisissant de maximiser les possibilités, les entreprises peuvent devenir le catalyseur d’une autre possibilité dans le monde. Il s’agit simplement d’un choix !

Alors, prenez un moment pour vous demander : Que choisissez-vous de créer comme vie et comme mode de vie ? Croyez-vous qu’il est vraiment possible pour vous de devenir un catalyseur de changement ? Que faudrait-il pour que vous deveniez un leader bienveillant ? Que faudrait-il pour que vous contribuiez à créer un monde meilleur et un avenir durable sur cette planète de toutes les manières possibles et dans votre façon de vivre au quotidien ? Comment votre vie changerait-elle si vous deveniez un leader bienveillant et si vous utilisiez votre entreprise pour créer un changement possible au-delà de cette réalité ?

Cela entraînerait probablement un changement de style de vie important pour la plupart des gens.

Lorsque la bienveillance guide les principes, la vision et les pratiques de l’entreprise, le résultat peut être extrêmement positif. Le leadership bienveillant peut être la chose même qui aide à éloigner la planète de la souffrance et à la diriger vers un épanouissement commun. L’attitude bienveillante est essentielle pour tous les secteurs de l’économie, qu’il s’agisse de petites, moyennes ou grandes entreprises. Il n’est pas nécessaire d’être une entreprise géante pour adopter les priorités du capitalisme bienveillant.

Les entrepreneurs, ainsi que les petites et moyennes entreprises, peuvent suivre ces priorités, car elles définissent des approches différentes en matière de leadership et d’innovation afin de créer des entreprises qui ne nuisent pas au monde mais y contribuent réellement.