Bee Yoo Communication

Je ne suis pas un instagrameur célèbre, ni un youtubeur avec des millions de vues. Je ne suis pas ce qu’on appelle un influenceur, mais j’ai déjà été confronté aux développements de plusieurs communautés :

  • En 2019, je suis devenue Ambassadrice des Pays de la Loire pour un programme porté par l’association française Social Builder. Initié par Facebook, ce programme forme des entrepreneures pour que le numérique et le manque de confiance en soi ne soient plus des freins à leur carrière professionnelle. Entre formations en masterclass assurées par un réseau d’ambassadrices et sessions en ligne, #SheMeansBusiness accompagne 20 000 femmes en France en 2019. J’ai donc animé la communauté Shemeansbusiness des Pays de la Loire.
  • En 2020, je crée ma propre communauté Les Graines du Marketing sur Meet-up. Ce groupe a été créé pour partager et échanger ensemble conseils et astuces sur le web et les réseaux sociaux. Bee Yoo est votre conseillère dédiée à améliorer la visibilité et la notoriété de votre activité, commerce, société sur Internet. Nous organisons des webinars et afterworks sur des thèmes variés qui répondent à vos problématiques et tout ça dans un endroit convivial et avec un bon café … sans oublier les cookies 🙂

Des yaourts aux sportifs en passant par les gens bourrés qui sortent de boîte… il existe des communautés pour tout et n’importe quoi. Et aujourd’hui toutes les marques veulent développer leur communauté, pour sortir des schémas traditionnels du marketing (la pub télé à heure de grande audience) pour plus d’authenticité et pour être plus proche des consommateurs dans leurs habitudes de consommation. Alors soit on paye des gens qui ont déjà une communauté (les fameux blogueurs et influenceurs), soit on essaye de créer sa propre communauté. Plus facile à dire qu’à faire.

Voici un résumé de ce que j’ai appris en étudiant les communautés qui fonctionnent, celles qui ne fonctionnent pas et en me frottant moi-même au développement de communautés.

Les 6 règles d’or pour construire une communauté ✨

#0 – On ne crée pas une communauté

Au mieux on fédère un groupe de gens qui partagent un intérêt ou une passion commune, mais on ne crée pas une communauté comme ça à partir de rien.

Ça peut paraître anecdotique, mais comprendre ça déjà, c’est comprendre qu’il n’y a pas de recette à suivre pour développer magiquement sa communauté. Tout dépendra de la cible des gens que vous voulez fédérer.

Ceci dit, s’il n’y a pas de formules magiques, il y a des erreurs à éviter et des questions à se poser à chaque fois que l’on veut construire et développer une communauté.

1 Une communauté existe pour servir les intérêts individuels des membres avant tout

L’erreur la plus fréquente que commettent ceux qui veulent fédérer une communauté, c’est d’oublier l’intérêt individuel des membres. Il faut toujours se poser la question pourquoi un individu rejoindrait ma communauté ? Si vous voulez fédérer une communauté, alors il faut une véritable valeur ajoutée dans ce que vous proposez, que ce soit du contenu, un service, ou une expérience particulière.

J’ajouterai que plus la valeur ajoutée que vous proposez touche à un intérêt individuel, plus elle est efficace. L’intérêt individuel vient avant la vision commune, même lorsqu’on parle de communauté.

#2 Jouer sur la reconnaissance sociale

La deuxième question à se poser est : comment récompenser les membres de ma communauté ? Je distingue 3 types de récompenses :

  1. Les récompenses matérielles : Ce type de récompense, même s’il est efficace pour mettre en avant un produit, engage très peu la communauté sur le long terme.
  2. L’enrichissement personnel : Ce deuxième type de récompense est plus efficace, et permet d’instaurer une relation long-terme avec ses membres, mais n’engage pas le membre à diffuser ce qu’il obtient autour de lui.
  3. La reconnaissance sociale : selon moi, la forme la plus efficace de récompense pour engager les membres de la communauté et leur faire partager le concept autour d’eux !

3 Les membres doivent partager une vision commune

Si vous voulez créer une communauté, pensez à “quelle est la vision que partageront tous les membres ?”. S’il n’y a pas de vision commune, alors vous lancez juste un nouveau service à destination des particuliers

4 Structurer clairement les rôles de chacun

Ok, vous avez créé votre communauté et vous commencez à grandir. C’est le moment où il faut se structurer. Plusieurs possibilités :

  1. Vous gardez la main sur absolument tout et continuez de tout gérer seul : L’avantage : vous contrôlez parfaitement votre communication, mais cela vous demandera beaucoup d’énergie et la croissance de la communauté est plus lente. C’est aussi comme cela que fonctionnent les blogueurs/youtubeurs/instagrameurs.
  2. Vous déléguez et donnez à chacun des rôles précis : Dans ce deuxième cas de figure, vous acceptez de perdre le contrôle en échange d’une propension à grandir plus vite et à laisser la place à de nouvelles idées.

5 Établir des règles du jeu, simples et précises

• Créez des points de repère évidents : comme par exemple un lieu de rdv et/ou un jour de la semaine fixe.
• Créez des symboles de ralliement : comme un blason, un hashtag personnalisé, etc.

Toujours penser à la personne qui arrive pour la première fois dans votre communauté. Il faut que tout soit simple et naturel et lui permette de s’intégrer facilement.

6 Pour les marques : savoir pourquoi on crée une communauté et mesurer ses résultats

Une communauté de marque peut avoir différents objectifs :

  • Notoriété de marque : faire connaître la marque à un maximum de personnes
  • Lancement produit : faire connaître un nouveau produit
  • Feedback : recueillir les impressions des consommateurs sur un produit
  • Nouveaux canaux de distribution : aller directement au consommateur pour lui vendre des produits

Selon l’objectif que l’on se fixe, la communauté sera bien différente. Si vous visez un objectif de notoriété de marque, alors vous pouvez fédérer une communauté autour d’un média. Si vous voulez mettre en avant un nouveau produit, alors l’ancrage physique semble indispensable pour permettre aux utilisateurs de tester le produit en vrai.

Quoi qu’il en soit, différents objectifs impliquent différents types de communauté. Pensez à bien réfléchir à vos objectifs et la façon dont vous allez mesurer leur succès avant de vous lancer.

CONCLUSION : les 6 questions à se poser pour chaque communauté

Je l’ai dit en introduction, il n’y a pas de formule magique pour construire une communauté, mais dans tous les cas il y a des bonnes questions à se poser. Si vous animez vous-même une communauté, demandez-vous :

  1. Quel intérêt individuel ont les gens à rejoindre ma communauté ?
  2. Comment est-ce que je récompense les membres de ma communauté ?
  3. Quelle est la vision commune qui lie les membres de ma communauté ?
  4. Comment s’effectue la répartition des rôles au sein de ma communauté ?
  5. Quelles sont les règles du jeu et les symboles de ralliement de ma communauté ?
  6. Quel est l’objectif de ma communauté ? Comment est-ce que je mesure mes résultats ?